Le château en feu pour le dernier exercice du commandant

« 1 de 2 »

Le communiqué envoyé à la presse
Plus de cent pompiers volontaires sont venus avec une vingtaine de véhicules, samedi 10 novembre 2018, au château de Morges pour un exercice s’approchant au plus près d’un cas réel. Tout a commencé peu après 8h10 avec le déclenchement de l’alarme automatique du château de Morges. Arrivé sur place, le Major Eric Henry a été informé par la directrice du château et ses musées de la présence de fumée dans la tour nord-ouest et d’une dizaine de visiteurs. «On est bloqué sur une coursive, la porte ne s’ouvre pas», hurlait un visiteur joué par l’un de nos sapeurs. «On arrive, mettez vous à l’abri où il n’y a pas de fumée», a répliqué le commandant tout en effectuant, au pas de course, une reconnaissance des lieux.

Constatant que de la fumée sortait désormais aussi de la tour sud-ouest, des renforts ont été appelés. Pendant 1h, tout est monté crescendo jusqu’à l’installation de tout l’équipement, le sauvetage des dix «visiteurs» joués par des pompiers et quatre Jeunes Sapeurs Pompiers du SIS Morget, ainsi que de deux mannequins. De nombreux tuyaux ont été installés pour alimenter, depuis les bornes hydrantes et le lac, les tonnes-pompes et lances à incendie, ceci pour éteindre le feu et protéger le reste du château. En parallèle, des équipes de porteur d’appareil respiratoire se sont relayées pour sauver les personnes annoncées et effectuer une reconnaissance dans tout le château. A 9h20 un rapport de situation a été donné au poste de commandement, puis l’exercice a été annoncé comme terminé.

Un exercice qui n’a pas ménagé le commandant Eric Henry, mais qui s’est très bien déroulé. «Beaucoup de renforts sont arrivés en même temps, ce n’était pas évident à tout gérer en simultané, a lâché le commandant. Les sapeurs ont tous joué le jeu en donnant de leur maximum, c’était parfait». Cet exercice avait une saveur particulière pour le Major Eric Henry, puisque c’était le dernier qu’il commandait avant son départ à la retraite, fin décembre. Pour marquer le coup, une fois le repli terminé, les principaux véhicules et les hommes ont été alignés et Eric Henry a passé ses troupes en revue, non sans un brin d’émotion.

Au final, plus de soixante pompiers, provenant des trois Détachement de Premiers Secours (DPS) du SIS Morget, basés à Denges, Morges et Saint-Prex, mais aussi plus de quarante volontaires attachés au Détachement d’appui (DAP) de ces trois sites ont été alarmés. Ils sont venus avec 18 véhicules, allant de l’échelle automobile 30 mètres aux voitures d’officiers, en passant par des tonnes-pompes et des véhicules avec du matériel divers. Afin que les moyens correspondent à la réalité, le bras élévateur du SPSL de Lausanne, ainsi que le véhicule de transmission cantonal ont été alarmés et sont arrivés avec six sapeurs professionnels. Fictivement, la Police région Morges (PRM) était sur place et à qui, Eric Henry leur a demandé d’activer la cellule de crise de la Ville de Morges. De plus, des ambulances pour les blessés et le Détachement poste médical avancé (DPMA) ont également été fictivement alarmés. A noter que si une telle situation devait se produire, la Protection Civile serait aussi appelée, car elle est notamment en charge de sauvegarder les biens.