Tester ses limites et travailler ensemble

Vertige, noeuds, ligne guide, aspiration, 12 minutes… Ces doux termes sont ceux qui ont été expérimentés par 18 sapeurs qui passaient, samedi 27 janvier, le test d’entrée pour la section relève du SIS Morget.

Evaluer les connaissances de base, tester le comportement et l’intégration des candidats dans les situations de stress et apprécier leurs capacités physiques étaient parmi les points observés.

Pour cela, chacun a dû notamment courir une distance minimum (définie par l’âge et le sexe) en 12 minutes, démontrer comment réagir lorsqu’on est face à une personne électrocutée, parcourir un trajet les yeux masqués en suivant une ligne guide, monter à 30m de haut pour démontrer que le vertige n’est pas un problème, montrer qu’ils maîtrisent le raccordement de conduites en vue d’une extinction ou encore réaliser divers types de noeuds. Lire l’article 2016 sur cette partie.

Pas que de la technique
Cependant, être sapeur pompier volontaire, ce n’est pas seulement savoir maîtriser la technique. C’est aussi être capable de travailler en groupe, de collaborer, de communiquer. Pour cela, les formateurs ont imaginés deux situations afin de débuter la journée en douceur, d’apprendre à mieux se connaître et de solidifier l’équipe de volontaires qui viennent d’horizons différents.

Un oeuf cru, des feuilles de flipchart et de papier A4, ainsi que du scotch. C’était le matériel à disposition pour élever, par équipe, l’oeuf le plus haut possible dans la caserne de Morges. En 1h, certains ont opté pour un mat télescopique, d’autres pour une base en triangle. Au final, aucun oeuf n’a été cassé. « Vous aviez du matériel, une consigne et vous deviez vous débrouillez avec cela. Pendant 1h, vous vous êtes penchés sur le problème, vous avez communiqué entre vous et collaboré pour arriver à un résultat. C’est ce qu’on demande aux pompiers: résoudre une situation, en équipe, et avec le matériel à disposition », a résumé en fin d’exercice le Plt Gaël Zbinden, responsable de cette section relève.

Avant cette étape de « Team Building », alignés sur deux lignes se faisant face, les sapeurs ont dû se la lancer une balle tout en exprimant un terme lié aux pompiers qui n’a pas été dit au préalable. Concentration et connaissances ont ainsi été travaillés.