Sensibilisation au thème de l’anti-chute

Dans le cadre d’une soirée de formation technique facultative, des sapeurs du SIS Morget ont pu suivre un cours de sensibilisation sur les techniques anti-chute.

Les sapeurs-pompiers ne doivent pas seulement savoir éteindre un feu. Leurs compétences sont variées et elles s’apprennent, se révisent et s’entraînent. Les volontaires doivent notamment maîtriser plusieurs types de nœuds et leurs variantes. « Le point numéro un avant l’anti-chute, c’est la maîtrise des nœuds », a rappelé l’un des formateurs.

Deux ateliers
Un mercredi soir de juin, ils étaient une douzaine à être venus volontairement (re)voir leurs connaissances en matière d’anti-chute. D’un côté, un atelier avait pour but la mise en place d’un dispositif en vue de progresser sur un toit en pente. Au moyen d’une catapulte, les participants ont pu passer un filin, puis une corde par dessus un toit pour ensuite monter un dispositif d’assurage. Pas si simple. Ensuite, les formateurs ont expliqué les différentes techniques afin de garantir la sécurité du sapeur qui devra travailler sur un toit.

De l’autre côté, les pompiers venus du Détachement de premiers secours de Denges et Saint-Prex, ont appris que les nœuds ne réagissent pas de la même manière selon les différentes situations d’où l’importance de bien les connaître et de réaliser le plus adéquat en intervention. Ils ont aussi revu leur notions de physique et de force. Lors de la soirée, il leur a été démontré que plus l’angle entre deux points d’amarre est grand, plus la force s’appliquant sur ces points est conséquente. Pour cette raison, le but est de monter un dispositif dont l’angle, dans la mesure du possible, est le plus aigu possible. Pour clôturer, ils avaient quelques minutes pour installer une main courante, tout en anticipant le trajet afin d’éviter que la personne soit obligée, en raison d’un point fixe mal placé, de devoir passer de l’autre côté de la corde.

Cet apprentissage leur sera utile dès qu’il y a un risque de chute. Par exemple, une main courante permettra aux pompiers, ambulanciers ou enquêteurs de remontrer un talus plus aisément si l’accidenté se trouve en contrebas.